C'est l'été : boostez votre sexualité (ou faites semblant)

| 27 juin 2011 Lire

Si vous trouviez déjà difficile de vous maintenir au top niveau du cul le reste de l’année, rapport à la constante injonction médiatique de jouir mieux, plus fort et plus souvent, vous allez sombrer dans la déprime en réalisant qu’il n’est pas question de souffler pendant vos vacances d’été.

Parce que si l’hiver est une période au cours de laquelle la presse vous encourage à « booster votre libido endormie », vu que vous êtes rien qu’un tas de fainéants pas fichus de niquer avec enthousiasme après huit heures de boulot et deux heures de trajet même quand il fait – 8°C dehors, l’été est le moment où on vous somme, plus que jamais, de vous faire péter la bonbonnière à grands coups de coïts au goût de « retrouvailles derrière les persiennes closes », de « vraie période privilégiée pour le couple qui se redécouvre », et de « lieux insolites », voire de « positions audacieuses qui cassent la routine » [1. Je n’invente rien : j’ai moi-même été obligée d’écrire ce genre de conneries, mais j’avais besoin de bouffer, que mon Rabbit me pardonne].

Alors vous qui pensiez pouvoir vous reposer un peu (oui, le repos, ce concept qu’on pense systématiquement associé à celui de vacances) et cesser de feindre publiquement la béatitude sexuelle pour briller en société, oubliez ça tout de suite. Les vacances d’été représentent en effet une sorte de Grand Défi de la Touffe, et le moment est venu pour vous de prouver que vous êtes capables de faire toutes les conneries qu’on vous recommande, en feignant de trouver ça génial.

En été, Mesdames (et que vous aimiez ça ou non), vous êtes donc supposées :

- Baiser dans la Nature
– Baiser dans la mer ou l’océan
– Baiser sur la plage
– Baiser dans la piscine
– Baiser pendant la sieste
– Baiser dans des positions audacieuses : audacieuses, ça veut dire plus cochonnes que le missionnaire et la levrette, et si possible en faisant des trucs de chiennasse, comme avaler, par exemple
– Baiser avec un inconnu si vous n’êtes pas en couple

En retour, et si vous suivez ces conseils à la lettre, vous vous verrez gratifiées de :

- Piqûres de fourmis (possiblement assorties d’une amende, copuler dans un lieu public étant assez mal vu par le Code Pénal)
– Muqueuses desséchées et irritées
– Grains de sable dans le sillon fessier
– Mycose vaginale
– Manque de sommeil
– Courbatures
– Sensation de frustration due au fait que l’inconnu ne vous connaissait pas, était complètement bourré et incapable de se souvenir du mode d’emploi d’une chatte. Par conséquent, vous n’avez pas joui ni même passé un bon moment (complice et détendu etc etc)

Et si, comme beaucoup de vos semblables, vous n’êtes pas assez riche pour vous offrir des vacances de luxe dans un hôtel, sachez que vos performances sexuelles estivales se dérouleront dans les mêmes conditions d’intendance qu’à la maison (c’est-à-dire quelque part entre le nettoyage des chiottes, la bouffe des mômes et le rangement du bordel ambiant), confort en moins.

Cependant, gardez courage : nous sommes le 27 juin et si vous avez tout bien fait comme il faut, vous êtes prête à vous gaver de glaces, de rosé frais, de tomates-mozzarella et de rondelles de saucisson de pays. A la rentrée, vous vous souviendrez que vous aviez « perdu votre petit ventre pour être belle en maillot sur la plage », ce qui vous rendra totalement open pour le dossier de septembre intitulé « perdez vos kilos des vacances ». Vous rentrerez crevée, chargée de linge sale, épuisée d’avance à la pensée des fournitures scolaires à acheter, mais au moins, vous aurez baisé comme une vraie vacancière ! Et ça, c’est un peu la classe quand même !

La seule chose qui pourra vous consoler, au final, c’est de pouvoir dire à vos collègues que vous vous êtes amusée comme jamais et que « avec Jules, on s’est vraiment retrouvés, pendant ces vacances ». Selon votre degré d’intimité, vous raconterez peut-être. En omettant de mentionner les fourmis, la mycose et la fatigue.

Ensuite, vous pourrez dormir. Pendant six mois. Histoire d’être en forme pour booster votre libido hivernale. Parce qu’il faudrait pas se relâcher hein.

A lire aussi :

    Aucun article similaire.

Tags :

Classé dans : #PassionJournalimze, Féminismes, genre et égalités